Patrick N. , particulier, à propos de son Pleyel Marigny

Il y a quelque part en Savoie une jeune femme extraordinaire qui fait murmurer les pianos à son oreille…
Ces pianos qui trônent fièrement dans nos salons, et qui au fil des ans, perdent de leur caractère et de leur prestance.
Ce fut le cas de mon PLEYEL MARIGNY, jeune quinquagénaire, qui malgré mes soins avait perdu son éclat sonore.
J’ai fait appel à Marion, qui durant toute une journée s’est occupé de lui, a soigné ses marteaux, les touches de son clavier, a réglé toute sa mécanique profonde lui permettant ainsi de retrouver toute sa fougue et son éclat sonore.
Et depuis, c’est avec un plaisir immense que je le fais résonner dans la maison comme jamais.
Un grand MERCI pour ce savoir faire incomparable et cette merveilleuse rencontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *