C.Bechstein – Modèle A

Restauration complète

Marque : C. Bechstein
Modèle A
Taille : 1m80
Cadre fonte ajourée, cordes croisées
Année de fabrication : 1906
Origine : Allemagne
Finition : noir tampon
Mécanique Schwander
Clavier ivoire et ébène – 85 touches

Détails de la restauration :
Marteaux Abel Natural Filz
Cordes acier Roslaü
Cordes basses Heller
Vernis noir tampon gomme laque 100 % naturelle à l’ancienne (Napoléon III)

30 000 €

Visible sur rendez-vous chez Pianos Balleron
14/16, rue Jean Bologne
75016 Paris
01.46.47.93.12
06.15.10.12.99

 

Euterpe 112

Marque : Euterpe by Bechstein
Taille : 1m12
Année de fabrication : 2007Finition : aulne satiné avec consoles
Mécanique : Renner
Cadre fonte pleine tourillonnée
Origine : Allemagne (Seifhennersdorf)
Clavier plastique – 88 touches
3 pédales : forte, una corda et sourdine

Timbre équilibré et velouté, parfaitement entretenu

Possibilité de l’équiper avec un système silencieux type InSilens Premium

3700,00 €
Avec Silencieux : 5350,00 €

Pleyel N°9 « Art Nouveau »

Restauration complète

Marque : Pleyel
Modèle : N°9
Année de fabrication : 1914
Origine : France
Taille : 1m30
Finition : noyer français rempli ciré, style Art Nouveau Soleil
Cadre fonte ajourée, cordes croisées
Mécanique : Schwander
Clavier ivoire et ébène – 85 touches
2 pédales : Forte et una corda

Complètement restauré dans nos ateliers
Cordes acier Röslau
Cordes basses Heller
Têtes de marteaux Abel
Clavier ivoire d’origine
Rempli ciré 100% naturel

Cliquez pour voir les détails de la restauration

VENDU

 

Patrick N. , particulier, à propos de son Pleyel Marigny

Il y a quelque part en Savoie une jeune femme extraordinaire qui fait murmurer les pianos à son oreille…
Ces pianos qui trônent fièrement dans nos salons, et qui au fil des ans, perdent de leur caractère et de leur prestance.
Ce fut le cas de mon PLEYEL MARIGNY, jeune quinquagénaire, qui malgré mes soins avait perdu son éclat sonore.
J’ai fait appel à Marion, qui durant toute une journée s’est occupé de lui, a soigné ses marteaux, les touches de son clavier, a réglé toute sa mécanique profonde lui permettant ainsi de retrouver toute sa fougue et son éclat sonore.
Et depuis, c’est avec un plaisir immense que je le fais résonner dans la maison comme jamais.
Un grand MERCI pour ce savoir faire incomparable et cette merveilleuse rencontre.

Fabienne JUDONG-MANUEL à propos de son Erard modèle 1 de 1897

2012. Une visite chez Emmaüs. Y’a souvent rien, mais parfois des surprises. On aime y trouver nos meubles au hasard des coups de chance. Mais cette fois, oh, un piano à queue, éraflé, édenté, presque injouable, se tient là et aussitôt on tourne autour et on se prend à rêver. On l’adopte, mais on n’aura pas le temps de le soigner tout de suite. Notre Erard est sorti d’atelier à la fin du XIXeme siècle. Il semble avoir eu de la voix, avant…

2015-2016. On le sort du garage pour intégrer le salon. Paul répare les balafres du meuble, change les ivoires, fait briller les laitons et les vis, redonne du lustre au meuble noir, change des feutres et prépare la mécanique des étouffoirs. Pour le reste il nous faut un facteur de pianos. Mais ce travail n’est pas à la portée de tout le monde. A l’issue de l’intervention d’un professionnel, la mécanique devient «jouable», mais le toucher est moins précis que son petit frère le piano droit. Le son est disparate, notes dures et notes sourdes. C’est raté. OK on a compris, c’est pas à mettre dans les mains d’un technicien de piano ordinaire.

2019. Comment trouver l’une des rares personnes capable de faire renaître cet instrument ancien ?
Quelques recherches sur internet plus tard, les spécialistes de haut niveau et capables de restaurer les pianos anciens, sont rares, mais ça existe encore ! Et justement Marion est en Savoie; aurait-elle été à Paris que je l’aurais contactée malgré tout.

S’ensuivent 3 jours de travail précis et intense. Enlever les bruits parasites, réglage complet de la mécanique, retour à un enfoncement plus faible, préparation des têtes de marteaux, harmonisation; Marion respecte la conception de ce piano, et se coltine à la matière. Pas de répit, chaque réglage va être parfait, chaque défaut va être résolu, l’un après l’autre. Pas de concession, pas d’excuse, c’est fait pour marcher, très bien même, et ça marchera.
En 2 jours de travail sur la mécanique, le toucher est métamorphosé, et le son est déjà modifié !
Le 3eme jour porte principalement sur la réharmonisation et la finition du toucher. Là encore chaque timbre est refait entièrement. Les opérations de piquages et de réglages s’enchaînent à un rythme soutenu. Elle maîtrise.

Le piano s’ébroue et (re)trouve une plénitude musicale que je n’imaginais pas.
Ouah que ça peut être beau un Erard !
Géniale la conception ! Et Mozart, Chopin, Debussy, Bach, tout sonne avec du corps et de la subtilité. J’aimerais aussi l’entendre en version Jazz, je parie que tout lui va.

Géniale Marion de mettre un immense professionnalisme et savoir-faire, au service de la musique, à travers un instrument né bien avant nous et qui retrouve un beau présent et un bel avenir.
Et un grand merci pour m’avoir indiqué comment on joue d’un Erard, car seule je n’aurais jamais trouvé.

Le boîteux cheval de pré est redevenu un pur-sang de course.
Et maintenant il transporte le musicien et porte la musique !
Et je n’en reviens pas d’avoir ce piano chez moi.
Merci.